fermer
image
image
image
image
Séances
CYCLE JEAN-PIERRE MELVILLE

LE DOULOS

Jean-Pierre Melville
France, 1962, noir et blanc, 1h48

Avec Jean-Paul Belmondo, Serge Reggiani,  Jean Desailly, Fabienne Dali

Maurice sort de prison et il lui faut « travailler ». Il commet un casse à Neuilly qui tourne mal : la police, prévenue, intervient, et il est obligé d’abattre un inspecteur. Il soupçonne Cilien, un « doulos » – c’est-à-dire un indicateur – de l’avoir donné.

 

 

« Le chemin qui relie les samouraïs mercenaires du cinéma japonais au western spaghetti passe par Jean-Pierre Melville. Voir Le Doulos permet de prendre la mesure de cette empreinte – qu’explicitera le titre d’un film quelques années plus tard : Le Samouraï – et de cet héritage. Le bruit du vent qui souffle dans une rue parisienne déserte et silencieuse, alors qu’attend dans l’ombre un homme, réveille le souvenir des déchaînements climatiques qui précèdent maints combats chez Kurosawa et annonce celui qui soufflera dans des situations similaires chez Leone ; le « doulos », personnage sans aucun principe moral, aux alliances ambigües, cite aussi bien le Toshiro Mifune de Yojimbo qu’il n’anticipe le personnage joué par Clint Eastwood dans Pour une poignée de dollars.

Melville occupa une place singulière dans le cinéma français. Son œuvre offre l’exemple, rare, d’un cinéma de genre – le film de gangsters – nourri par la passion du réalisateur pour le cinéma américain. Ce genre, Melville le réinvente en l’inscrivant avec force dans un territoire qu’il documente : Paris et sa banlieue, ce dont la Nouvelle Vague s’inspirera (Le Doulos nous permet, à l’heure de sa réhabilitation qui l’a complètement transformée, de nous souvenir de la fameuse rue Watt). Enfin, Melville fut également un modèle pour les jeunes réalisateurs de la Nouvelle Vague en raison de son indépendance : il devint son propre producteur après s'être vu refuser une carte d'assistant metteur en scène (c’était l’usage) et possédait ses propres studios dans le 13ème arrondissement, les studios Jenner. » Fabienne Duszynski

 

Dans le cadre du CYCLE JEAN-PIERRE MELVILLE nous vous proposons les films suivants :

 

Du 03 au 09 juin : L’armée des ombres
Du 17 au 23 juin : Le samouraï
Du 24 au 30 juin : Le cercle rouge

Du 1er au 07 juillet : Un flic

Du 08 au 14 juillet : Le silence de la mer

rencontre
cinéma
Jeudi 11 Juin 20:00
Ciné-Club